Le solfège est-il encore utile en 2018 ?

Pour répondre à cette question, oui le solfège est utile, c’est une méthode qui fonctionne.

Mais à votre avis, n’existe-t-il pas d’autres moyens de nos jours pour atteindre ses objectifs musicaux ?  Le solfège est-il vraiment indispensable en 2018 ?  N’y aurait-il pas des solutions moins décourageantes et tout aussi efficaces ?

 

Privilégier la théorie à la pratique, est-ce-une bonne idée ?

Beaucoup de personnes privilégient les connaissances théoriques au détriment de la pratique en elle-même et cela dans beaucoup de domaines. C’est bien dommage car seul pratiquer permet dans n’importe quel domaine d’acquérir des compétences, dans la plupart des cas un bagage théorique basique est déjà bien suffisant pour passer à l’action et enfin progresser.

J’en suis convaincu, il est tout à fait possible de devenir un artiste reconnu sans passer par l’étude de la théorie musicale. Ce fameux solfège qui a malheureusement réussi à décourager un bon nombre de personne. Le mot solfège à lui-même été banni des écoles de musiques au profit du terme plus élégant et moderne de « Formation musicale », qui intègre donc le solfège et la pratique. Oui on parle bien de la même chose, si vous assistez à un cours de « formation musicale » vous ne pourrez pas passer outre le solfège.

Apprendre, plutôt que comprendre.

L’apprentissage de la musique par la pratique est la méthode la plus efficace pour 99% des personnes voulant apprendre un instrument. Il ne faut pas oublier que la musique est avant tout un ressenti, des émotions, c’est ce qui fait que chaque artiste est différent, la musique vient de l’intérieur et ça ce n’est pas moi qui l’ai inventé 😉

Dans cette optique la musique doit donc être à vos yeux, au moins un passe-temps agréable et au mieux une réelle passion, mais en aucun cas que celle-ci se résume à du « travail ». Vous jouez de votre instrument parce que cela vous est agréable, vous apprendrez en vous faisant plaisir, la est le secret du musicien épanoui.

Nombreux sont les outils mis à disposition de nos jours pour donner un coup de pouce bien utile au début. Je pense notamment aux tablatures qui peuvent être comprises en quelques minutes et aux milliers de vidéos Youtube francophones qui traitent de tous les sujets, vous trouverez forcement votre bonheur au sein de cette immense base de données.
Il faut vivre avec son temps et utiliser tous les outils modernes existants pour vous faciliter la vie, plutôt que d’utiliser une théorie fastidieuse à appréhender, qui date du XIe siècle. Laissez donc vos émotions guider votre apprentissage plutôt que de vouloir théoriser la musique, voilà mon premier conseil.

L’absence de connaissances sur la théorie musicale n’est pas un frein pour la plupart de vos objectifs :

1 / Puis-je composer ma propre musique sans Solfège ?

La plupart des personnes pensent que solfège est une aide indispensable pour composer sa propre musique. En effet c’est une aide mais celle-ci est loin d’être indispensable.
Pendant que les théoriciens développeront leurs connaissances, vous de votre côté développerez votre oreille pour composer mais aussi votre intuition, votre ressenti, vos émotions du moment.
L’absence de connaissance sur la théorie musicale n’est donc pas un frein à la composition, je compose moi-même des morceaux sans connaissance du solfège, suis-je un extraterrestre ou ai-je un don ? Bien sûr que non, je suis passionné, là est la réponse, je n’ai même aucun mérite, cette pratique étant une passion je ne peux même pas dire que j’ai « travaillé » pour en arriver là.

2 / Puis-je jouer en groupe sans Solfège ?

Une nouvelle idée reçue de l’apprenti musicien, j’ai eu l’occasion de jouer dans plusieurs groupes et de rencontrer des personnes autodidactes, sans aucunes connaissances théoriques mais aussi de rencontrer des personnes disposant d’une forte culture musicale théorique.

Dans les deux cas ces personnes m’ont énormément apportées, le jeu en groupe étant une grande source d’inspiration et de progrès. En aucun cas le manque de connaissance théorique a été un frein pour moi et pour les autres membres autodidactes que j’ai rencontré.

Les musiciens autodidactes arrivent toujours à communiquer entre eux, là ou un théoricien vous demandera de faire un LA#, l’autodidacte demandera a un guitariste d’aller sur la case 6 de son manche sur la grosse corde. Quand votre batteur théoricien vous demandera de jouer un rythme en ternaire, vous lui répondrez de commencer à jouer et vous suivrez. Vous n’avez pas besoin de comprendre, juste de ressentir, et cela s’apprend.
Cependant le nom des notes peut être quand même utile à connaître, par exemple de savoir que la case 3 du manche de la guitare sur la grosse corde est un SOL, sans aller plus loin, juste connaitre le nom de la note. Utile mais pas indispensable, cela permet par exemple à un pianiste de communiquer avec un guitariste facilement. Connaitre les notes de son manche est enfantin, aucune connaissance du solfège est requise, je ferais un article la dessus. Encore une fois cela n’est pas indispensable quand les deux personnes savent reconnaitre la note à l’oreille, chose que l’autodidacte aura particulièrement pratiqué et saura faire sans problème avec de la pratique.

3 / Puis-je improviser sans Solfège ?

Tous le monde peux improviser sans solfège, encore une fois votre ressenti sera votre arme pour improviser sur un « Backing Track » ou dans un bœuf. Là où le théoricien devra absolument connaitre la tonalité de la suite d’accords, vous de votre côté testerez votre manche afin de savoir rapidement quelles notes doivent être utilisés et celles qui ne doivent pas l’être. A force de pratiquer vos improvisations deviendront naturelles. L’improvisation est parfois même la bête noir des « pro-théoriques », qui sans leurs partitions ne peuvent pas faire grand-chose, c’est une expérience à laquelle j’ai assisté plusieurs fois. Pour le coup privilégier le ressenti plutôt que la théorie n’est pas un frein à l’improvisation mais bel et bien, selon moi, un avantage.

Les arguments des partisans de la formation musicale :

 Les partisans de la formation musicale pointent souvent du doigt les autodidactes, leurs reproche d’être limité dans leurs créations, de ne pas comprendre la musique, d’être instrumentistes mais pas musiciens. Voici quelques-uns des arguments que l’on trouve le plus souvent sur la toile :

1 / Sans solfège, oui tu pourras jouer du rock à la rigueur, mais tout le reste sera difficile, voire impossible.

Faux, tous les styles de musiques peuvent être apprivoisés sans théorie musicale, que ce soit du rock, du Metal, du blues, du reggae, du jazz, de la funk et j’en passe.
Vous pouvez même toucher un peu à tout, l’autodidacte sais facilement passer d’un style à l’autre et saura aussi facilement fusionner des styles ensemble avec son imagination comme seule limite.
Vous n’avez pas besoin de comprendre pourquoi la rythmique funk est complètement différente de celle du blues, si vous voulez tester un nouveau style ou vous êtes moins à l’aise, documentez-vous, regarder des tutoriels, lancez un « Backing Track », amusez-vous, apprenez sur le tas en jouant, c’est ça le secret.

Apprentis musiciens, vous n’avez pas besoin de savoir que le morceau que vous jouez est en pulsation binaire ou ternaire, vous n’avez pas besoin de savoir que celui-ci est dans une tonalité Mi-mineur ou DO#-majeur. Vous avez juste besoin de ressentir tout cela, et cela s’acquiert en pratiquant et dans n’importe quel style.

2 / Sans solfège tu seras bloqué au bout d’un moment.

Bloqué ? Où ça ? Quand je fais face à un problème, je me documente un minimum, je fais le tour du net, je pratique pour surmonter cette épreuve et au bout d’un moment ce problème est derrière moi. De la même manière qu’un tennisman s’entraîne pour faire son revers à deux mains, vous aurez beau avoir toutes les connaissances théoriques sur le sujet. Seul la pratique vous fera avancer. Le but n’étant pas de comprendre, mais de concrétiser.

3 / Sans solfège tu ne peux pas comprendre la musique, tu ne sais même pas ce que tu joues.

Ai-je besoin de comprendre théoriquement ce que je joue pour m’exprimer musicalement ? Mon morceau sonne bien, il est triste, il est joyeux, il donne envie de danser, il fait hocher la tête, ça ressemble à du reggae non ? On dirait du Tryo ! Personnellement je m’arrête à ce genre d’analyses et ne ressens pas l’envie d’en savoir plus…

4 / Sans solfège, tu ne peux pas communiquer avec les autres musiciens.

A moins d’intégrer un orchestre symphonique, le vocabulaire pendant une répétition (même dans une formation avec une mixité instrumental large) ressemble plutôt à cela dans la vie réelle :

Plus grave, plus aiguë, moins vite, plus vite, deux fois plus, deux fois moins, plus doux, plus agressif, un petit solo de guitare ça passerait bien là, moins de grosse caisse, essaye de jouer en étouffé, on repart à la fin du deuxième refrain OK, on peut jouer un ton en dessous svp c’est trop aiguë pour ma voix, passe-moi une bière, bon OK je m’écarte du sujet 🙂

Il est hallucinant de trouver sur le net des articles expliquant que jouer en groupe est impossible sans solfège alors qu’aujourd’hui vous avez plus de chances d’intégrer un groupe au sein duquel personne ne connait la théorie musicale plutôt que l’inverse. Chacun connait son instrument avec ses propres méthodes, ne pas parler ce même « langage universelle » n’est absolument pas un frein à la créativité, les musiciens se parlent avec des mots que tout le monde comprend. Les théoriciens vous diront que le solfège est le seul langage universelle pour la musique, moi je vous répondrez que la musique en elle-même est un langage universelle.

Ne vous découragez pas !

Je vous assure qu’il existe des réponses à tous les problèmes que vous pouvez rencontrer au cours de votre apprentissage, chaque problématique peut être répondue sans obligatoirement plonger dans la théorie musicale.
La musique n’est pas quelque-chose de simple, on fait face à des obstacles difficiles à franchir.
Afin de franchir ces obstacles, il vous faut donc une méthode qui vous explique comment venir à bout de ce problème particulier. Le solfège peut être une méthode, tout comme une vidéo Youtube qui vous expliquera en 5 minutes comment vous sortir de cette situation par laquelle 90% des musiciens sont passés. Nous vivons à l’ère du numérique, profitez de tout ce savoir disponible en quelques clics depuis votre canapé.

Mon objectif à travers cet article n’est pas de pointer du doigt la théorie musicale, celle-ci peut être riche en enseignement. En revanche je suis convaincu que l’absence de connaissances théoriques ne donne pas moins de chance de réussir dans la musique.
L’apprentissage avec ou sans solfège sont deux méthodes distinctes qui fonctionnent toutes les deux. En ne vous attardant pas au solfège vous développerez d’autres facultés à la place car vous utiliserez votre temps pour d’autres choses comme la technique, le ressenti, l’oreille par exemple. De plus vous aurez moins de chance de vous décourager car vous n’aurez jamais l’impression d’ « apprendre vos leçons » mais juste de passer des moments agréables.

On trouve parfois sur le net que d’apprendre un instrument seul et sans solfège est impossible pour la plupart des gens, qu’il faut avoir certaines prédispositions pour réussir sur cette voie, qu’il faut être fait pour ça, c’est faux, complètement faux. En étant motivé, passionné, en prenant du plaisir on peut soulever des montagnes. Seul pratiquer vous permettra de progresser et plus vous prendrez de plaisir plus vous y passerez de temps.

A titre personnel, ma source de motivation quand j’ai commencé était avant tout de vouloir impressionner mes proches, leur montrer que j’y arrive, la fierté de mes proches était une source d’énergie inépuisable à ma motivation. Trouvez-vous ce feu sacré qui vous permettra de toujours prendre du plaisir en progressant.

Si vos objectifs sont de jouer pour vous faire plaisir, jouer en groupe, avec des amis, composer, faire des Covers, improviser, faire de la scène, enregistrer un disque, cartonner sur Youtube ou sur Facebook, vendre sur une plateforme de streaming ou même pour séduire ne passez pas par case Solfège et passez directement à l’action ! Je vous aiderais dans cette démarche.

Et puis si vos objectifs changent au cours du temps et qui vous prend l’envie de rentrer au conservatoire par exemple, vous pourrez toujours apprendre la théorie plus tard 😉

Débutants, confirmés, professionnels de la musique, n’hésitez pas à réagir à cet article dans les commentaires, je me ferais un plaisir d’échanger avec vous sur le sujet.

Jordan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *